top of page

 

Les 70 ans de EFA69

Le 1er juin à la Salle Jean COUTY
Rue de la Pépinière Royale, 69009 Lyon


Gardez votre soirée pour fêter avec nous les 70 ans d'EFA69 !!


Informations à venir

Appel à témoignage

mars 2024

Appel à témoignages : EFA s’engage à partir de mars 2024 avec la FNEPE (Fédération nationale des parents et de éducateurs) dans un projet d’étude auprès des familles (parents et adoptés) concernées par des pratiques illicites dans l’adoption. Focus groupe et entretiens individuels vont être proposés.

Si vous accepter de participer en tant que personne concernée, merci de prendre contact auprès de efa69@efa69.fr et merci de votre participation. La confidentialité sera respectée dans ce processus de travail conduit par un chercheur extérieur à EFA ( membre du réseau de la Fnepe). Les objectifs de cette étude sont  de donner  la parole aux personnes concernées, d’entendre leurs témoignage et réflexions pour ensuite analyser l’impact de ces situations sur la vie des membres de la famille et dégager des préconisations pour l’accompagnement .

Soirée témoignages

EFA69 a le plaisir de vous convier à la soirée témoignages/débats
Retour d'expérience sur 3 parcours
d'adoptants d'enfants grands
 

- Des parents partagent les étapes du parcours du projet d'adoption à l'accueil d'un enfant en mettant l'accent sur la phase d'agrément, l'attente, l'apparentement et l'arrivée
- d'un enfant grand au sein de la famille
- Sous forme de table ronde , les témoignages se répondront en présence de 2 animateurs membres du CA d'EFA
- Soirée essentiellement à destination des postulants


Quand ?  Le 4 avril 2024 à 20h00,  accueil à 19h30
Où ?  parc Chabrière salle des fêtes, 44 Grande Rue . 69600 OULLINS
Métro B Gare d' Oullins
Parking gratuit devant la salle des fêtes

IMG_20211025_155750.jpg

Editions ERES


L'enfant adopté
Entre quête des origines et construction identitaire


Sous la direction de

Myriam Mony et Joselyne Terrien

 

 


Nous sommes heureux de vous faire savoir que l'ouvrage réalisé à partir de deux conférences sur la quête des origines organisées par la Maison de l'Adoption du Rhone et de la Métropole de Lyon , est sorti en librairie ce jeudi 4 Novembre. 

Pour commander, c'est ici

Actualités des OAA 

Informations de février 2023 - suite

Pour compléter, sauf erreur de ma part, l’arrêté concernant l'habilitation des Enfants de l'Espérance n'a pas été publié au JO, néanmoins l'information est officielle puisque le site de la MAI a été mis à jour au 8 février en listant les 6 OAA habilitées.

2024_02_08_oaa_par_pays_d_origine_cle8af5af.pdf (diplomatie.gouv.fr)

D'après l'AFA, il n’existe pas de cas dans lequel aucun OAA ne serait plus habilité avec des dossiers en cours dans des pays dans lesquels l’Agence ne serait pas implantée.

Et effectivement, les OAA non habilitées peuvent poursuivre les suivis post-adoption, si elles ont l'autorisation d'exercer donnée par le président du Conseil départemental de leur siège social. Dans le cas contraire, elle devront verser leurs dossiers aux services des archives départementales et transmettre les dossiers de suivi post-adoption en cours au service en charge des adoptions du conseil départemental du lieu de résidence des enfants.

Ce qui est plus limite à mon sens concerne les dispositions concernant l'envoi des rapports de suivi des enfants des enfants adoptés en Russie via l'AFA telles qu'indiquées dans le dernier bulletin de la MAI. 

bulletin_de_la_mai_-_fevrier_2024_cle86887d.pdf (diplomatie.gouv.fr)

En effet, la fiche sur l'adoption en Russie sur le site de la MAI indique que les autorités russes exigent "la transmission obligatoire - par le biais de l’AFA, l’OAA ou directement (s’ils ont suivi, avant le 27 décembre 2013, une démarche individuelle d’adoption) - de rapports de suivi des conditions de vie et d’éducation de l’enfant, apostillés, traduits et certifiés conforme", selon une périodicité définie: trois rapports dans la première année, un à la fin de la 2ème et de la 3ème année puis un rapport tous les deux ans jusqu’à la majorité de l’enfant pour les adoptions dont le jugement a été prononcé après le 3 septembre 2013. Or, l'AFA va fermer sa représentation en Russie au 31 mars et la MAI indique que les rapports de suivi devront être transmis directement par les familles elles-mêmes aux autorités russes compétentes. C'est une question que nous allons soulever avec la MAI et l'AFA.

Anne Royal

 

Informations de février 2023

 

Nous attendions la parution du dernier arrêté portant sur l’habilitation des Enfants de l'Espérance pour l’Inde avant de vous les communiquer mais vous nous avez devancé.

Les candidats qui seraient encore en attente d’apparentement par l'intermédiaire d'un OAA non habilité sont invités à se diriger vers l'AFA ou l'OAA habilité pour le pays concerné.  Il faudra peut être vérifier que l'OAA habilité a fait une déclaration de fonctionnement auprès du président du conseil départemental de résidence des candidats. Article R225-22 - Code de l'action sociale et des familles - Légifrance (legifrance.gouv.fr) Par exemple, pour l'Inde, si des candidats résidents en Ardèche (07) avaient pour intermédiaire la COFA Marseille, qui a une autorisation nationale, et souhaiteraient être accompagnés par les Enfants de l’espérance, le site de la MAI indique que cet OAA n'a pas d'autorisation départementale pour l'Ardèche, mais le site n'est peut être pas à jour.

Nous avons interrogé la MAI concernant les suivis post-adoption des OAA non habilitées. C'est important pour les familles et ça l'est aussi pour les pays d'origine qui attendent les rapport de suivi des enfants que les familles se sont engagées à envoyer.

Les OAA, qui n'auraient pas l'habilitation accordée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, peuvent poursuivre les missions listées à l’article R. 225-12 du code de l’action sociale et des familles, dont les suivis post-adoption, si elles ont l'autorisation d'exercer du président du Conseil départemental de leur siège social.

Les OAA qui ne bénéficieront pas d’une nouvelle autorisation d’exercer délivrée par le président du conseil départemental, seront dans l’obligation de verser leurs dossiers aux services des archives départementales de leur siège social (L.225-14-2 et R. 225-32 du CASF). Conformément à la réglementation, ils devront également transmettre les dossiers de suivi post-adoption en cours au service en charge des adoptions du conseil départemental du lieu de résidence des enfants. La MAI et la DGCS ont sensibilisé les OAA et les services départementaux sur ces points, les OAA devront informer les familles qu’ils accompagnent des modalités opérationnelles retenues ainsi que de leurs nouveaux interlocuteurs.

Enfance Avenir a communiqué sur son site en indiquant que l'OAA ne pouvait plus prendre de candidatures d'adoption et qu'elle invite les candidats à contacter COFA Cognac ou COFA Marseille pour une adoption au Vietnam. Enfance Avenir se consacrera à l'organisation des visites de suivi des enfants adoptés, au maintien des liens entre les adoptants ayant adopté par son intermédiaire (dont les rencontres familiales), à l'accompagnement des adoptés dans la recherche de leurs origines et à toutes questions des adoptés et adoptants.

Apparemment, les candidats en attente d’apparentement ont été informés que leur dossier serait repris par la COFA.

Pour info, j'ai trouvé sur le bulletin officiel des Yvelines, l'autorisation de fonctionnement délivrée début 2024 par le CD  qui permet à Enfance Avenir de continuer à accompagner les familles ayant adopté par leur intermédiaire.

Anne Royal

pour l'équipe Adoption internationale

L'adoption internationale

Merci de regarder régulièrement sur le site de l’AFA pour voir les appels à candidature.

THAÏLANDE : Appel à candidatures 2024

En 2024, l’AFA est en mesure d’envoyer 5 candidatures en Thaïlande, à l’orphelinat privé de Pattaya.

Les candidats acceptés répondront strictement aux conditions relatives aux adoptants (cf ci-dessous) et devront envoyer leur candidature le vendredi 09 février 2024 exclusivement

 

Suspension de l'habilitation de l'OAA

« Accueil aux Enfants du Monde »

Par arrêté du 24 octobre 2022 paru au JO aujourd'hui, la ministre de l'Europe et des affaires étrangères abroge l'habilitation de l'OAA « Accueil aux Enfants du Monde » pour exercer l'activité d'intermédiaire pour l'adoption ou le placement en vue d'adoption d'enfants mineurs originaires de l'Inde, de Madagascar, de Roumanie, du Rwanda et du Burkina Faso.

Arrêté du 24 octobre 2022 portant abrogation de l'habilitation d'un organisme autorisé et habilité pour l'adoption - Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Ce retrait d’habilitation impacte toutes les procédures y compris pour les familles déjà apparentées. Les familles concernées ont été informées ou vont l'être par la MAI. Elles devront se tourner vers un autre OAA habilité pour les pays cités plus haut ou vers l'AFA pour la reprise de leur dossier.

EFA National
Proposition et Communiqué

Enfants en Recherche de Famille (ERF)

Créé en 1981, Enfants en recherche de famille (ERF) est un service d’EFA 
qui permet de rapprocher des enfants dont les caractéristiques rendent 
leur adoption complexe et des postulants en capacité de les adopter.

Ces enfants peuvent être grands, porteurs d’un handicap physique ou intellectuel, 
d’une maladie compromettant leur développement et/ou nécessitant une prise 
en charge pluridisciplinaire importante. Le plus souvent, leur particularité est le 
résultat d’un cumul de caractéristiques physiques et psychosociales.

COMMUNIQUÉ EFA du 9 février 2024

Le rapport sur les pratiques illicites dans l’adoption internationale en France se fait attendre !

 

La date de publication du rapport de la mission d’inspection interministérielle sur les pratiques illicites dans l’adoption internationale en France est sans cesse reportée depuis plusieurs mois.  Seules les 28 recommandations des rédacteurs du rapport ont été présentées oralement le 23 janvier 2024 par la présidente du Conseil national de l’adoption, Madame Limon, aux membres de ce conseil, puis aux représentants des collectifs de personnes adoptées, sans que l’auditoire puisse bénéficier de l’analyse qui a conduit les inspecteurs à les formuler, puisque ceux-ci n’étaient pas présents.

Dans un communiqué de presse commun du 31 janvier 2024, 13 associations et collectifs de personnes adoptées demandent que le rapport soit rendu public sans délai. Les signataires souhaitent également être reçus par les trois ministères impliqués dans l’adoption internationale afin d’échanger concrètement sur les problématiques liées aux pratiques illégales dans l’adoption internationale. Ils expriment leur mécontentement du fait que ces recommandations concernent essentiellement les adoptions à venir et ne sont pas à la hauteur des enjeux et des préjudices subis par les victimes et leurs familles.

Un rendez-vous manqué ? (associationraif.com)

Enfance & Familles d’Adoption soutient ces revendications. En juin 2021, par un courrier envoyé aux ministres de l’Europe et des Affaires étrangères, des Solidarités et de la Santé et de la Justice, EFA et Voix d’Adoptés demandaient une commission d’enquête indépendante afin d’apporter des réponses à ceux qui découvrent aujourd’hui que leur adoption était illégale et de mettre en place un dispositif national d’accompagnement pour les personnes adoptées en recherche de leurs origines. Aujourd’hui, EFA demande à prendre connaissance de ce rapport et à pouvoir échanger avec ses auteurs et les responsables politiques concernés dont la nouvelle ministre déléguée, chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles. EFA espère que toute la lumière sera faite sur les pratiques du passé en matière d’adoption internationale.

Il serait temps que ce rapport soit enfin publié plus de six mois après la date de diffusion annoncée. Les revendications des personnes adoptées qui ont découvert que leur adoption présentait un caractère illicite, ainsi que celles de leurs familles, doivent être entendues et considérées.

Enfance & Familles d’Adoption
Le 9 février 2024

COMMUNIQUÉ EFA du 20 février 2023

Le scandale des pratiques illicites en adoption internationale : attention à la banalisation !

Une étude historique sur les pratiques illicites dans l'adoption internationale en France, financée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a été publiée le 6 février par deux chercheurs de l’université d’Angers et du laboratoire Temps, Mondes, Sociétés (Temos).
Les auteurs de l’étude ont dépouillé de très nombreuses archives ministérielles, diplomatiques et consulaires, celles des différents acteurs de l’adoption, ainsi que des archives de presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère, portant sur la période 1950-2006. Ces sources commentées font apparaître que depuis les années 1980, les signalements de dérives et pratiques illicites ont été « très
nombreux et très fréquents » dans un nombre non négligeable de pays.


En juin 2021, EFA demandait, avec la Voix des Adoptés, la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Autant dire qu’EFA, qui a ouvert ses archives aux chercheurs de l’université d’Angers, partage leur constat : l’existence de dérives était connue de longue date et le guide des sources qu’ils ont produit fait état des très nombreux signalements d’EFA qui alertaient les autorités compétentes de
l’existence d’irrégularités, d’abus, voire de délits, sans que cela ne soit forcément suivi d'effet.


Cependant, la lecture de certains passages de l’étude et surtout celle de certains articles de presse peut laisser penser que l’ensemble des 120 000 adoptions internationales réalisées en France est concerné, en donnant l’impression d’une banalisation de ces pratiques. C’est malheureusement à ce type d’amalgame que toutes les familles adoptives et toutes les personnes adoptées peuvent se trouver
exposées, voyant soudainement leur histoire entachée d’un doute. Il en va de même pour la totalité des personnes qui ont travaillé à faire adopter des enfants à l'étranger, sur qui l’ombre du soupçon semble aujourd’hui portée, sans distinction quant à leur capacité ou incapacité d’identifier l’existence de pratiques illicites.


En réalité, aucune étude n’est aujourd’hui en mesure de déterminer la proportion des adoptions ayant impliqué des pratiques illicites. D’autre part, compte tenu de la période considérée, de telles pratiques, quand elles ont eu lieu, sont à resituer dans leur contexte historique et normatif, même s’il ne fait aucun doute qu’à toute époque, le contrôle de la situation des enfants en matière d’adoptabilité a
toujours constitué une exigence incontournable, à la charge des personnes qui en ont la mission.


La mission d’inspection interministérielle diligentée par le Gouvernement en novembre 2022 permettra peut-être de déterminer les responsabilités de chacun des acteurs du processus de l’adoption internationale ayant conduit à des pratiques illicites et de promouvoir les procédures destinées à assurer la régularité des adoptions à venir.


EFA a toujours mis en avant une éthique de l’adoption centrée sur le droit des enfants à avoir une famille et réaffirme que l’adoption internationale répond, encore aujourd’hui, à l’intérêt supérieur d’enfants qui ne peuvent bénéficier d’une vie familiale dans leur pays d’origine. EFA demande également la mise en place d'un dispositif national d'accompagnement des personnes adoptées qui
recherchent leurs origines, quel que soit leur pays de naissance.

*********

1 https://univ-angers.hal.science/hal-03972497v1

Enfance & Familles d’Adoption - 221, rue La Fayette - 75010 PARIS - site EFA : www.adoptionefa.org

DOCUMENT PDF

Pratiques illicites en matière d'Adoption

Mardi 8 novembre 2022 , le Gouvernement a annoncé que la ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Mme Catherine Colonna, le Garde des sceaux, ministre de la justice, M. Eric Dupond-Moretti et la secrétaire d’Etat auprès de la Première ministre chargée de l’enfance, Mme Charlotte Caubel, avaient décidé de saisir l’Inspection générale des affaires étrangères (IGAE), l’Inspection générale de la Justice (IGJ) et l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur les pratiques illicites en matière d’adoption internationale.

La mission  de ces inspections est "d’identifier les pratiques illicites qui ont eu lieu par le passé pour éviter qu’elles ne se reproduisent" et, "d’apporter une réponse aux demandes des adoptés et de la société civile." Le résultat de cette mission est attendu dans six mois.

Le gouvernement lance une mission d’inspection sur les pratiques illicites dans l’adoption internationale en France | Enfance

 

De nombreuses voix en France se sont élevées pour que la lumière soit faite sur des pratiques du passé qui ont pu conduire à des dérives dans le processus de l'adoption internationale. En juin 2021, EFA et la Voix des Adoptés avaient écrit aux trois ministres pour demander la mise en place d'une commission d’enquête indépendante mais surtout la création d’un dispositif national d’accompagnement pour les adoptés et leurs familles.

 

Nous vous transmettrons des précisions au fur et à mesure que nous en aurons connaissance.

Communication EFA National
A destination des Postulants pour un enfant présentant des besoins spécifiques 


L'AFA, Agence Française pour l'Adoption, propose une journée de préparation des postulants à ces projets.

Les inscriptions aux sessions mensuelles "Projet Enfant à Besoins Spécifiques" se font auprès des conseillères du PIC ( Pôle Information et Conseil) à l’adresse indiquée sur le site.

 

A retenir : Dates préparation ou accompagnement | Agence Francaise de l'adoption (agence-adoption.fr)

Rapport d'inspection sur les pratiques illicites

Communiqué de presse

Paris, le 13 mars 2024


Publication du rapport de la mission d'inspection interministérielle relative aux pratiques illicites dans l'adoption internationale en France

A l'occasion de la remise du rapport de la mission d'inspection interministérielle sur les pratiques illicites dans l'adoption internationale, le Gouvernement reconnaît qu'il y a eu des manquements collectifs dans la protection due aux enfants et qu'ils ont pu avoir des conséquences jusqu'à leur vie d'adulte.

La France souhaite apporter aux personnes qui, enfants, n'ont pas été suffisamment protégées, les réponses et l'accompagnement nécessaires, en particulier pour la recherche de leurs origines. Afin de mieux répondre à leurs besoins et de prévenir les risques qui subsisteraient pour les futures adoptions, le Gouvernement demande également au Conseil national de l'adoption (CNA) ainsi qu'au Conseil national d'accès aux origines personnelles (CNAOP) de débattre. . . des recommandations formulées dans le rapport et d'émettre un avis conjoint, dans un délai de six mois. L'intérêt supérieur des enfants et l'accompagnement des adoptés devenus adultes doivent constituer notre boussole collective.

Les pratiques illicites qui ont accompagné l'essor de l'adoption internationale jusqu'au début des années 2000 sont aujourd'hui bien documentées. Le rapport de la mission d'inspection interministérielle a aussi vocation à nourrir les réflexions et les débats de l'ensemble des parties réalisant de l'adoption internationale en France. S'il est impossible d'évaluer la partie des adoptions entachées de pratiques illicites, les différents travaux convergents pour démontrer le caractère systémique de ces pratiques, dans un contexte de faible régulation et de fragilité des pays d'origine.

Le rapport reconnaît le chemin d'ores et déjà parcouru par la France depuis 25 ans pour améliorer la régulation et la transparence des pratiques relatives à l'adoption internationale :
· la ratification de la convention de La Haye en 1998 ;
· la création de l'Agence française de l'adoption en 2005 ;
· l'entrée en démarche en vigueur de la loi du 21 février 2022 qui interdit l'adoption par individuelle ;
· le renforcement des mécanismes de contrôle, notamment en coopérant uniquement avec des États ayant ratifié la Convention de La Haye et décidant de n'habiliter qu'un seul organisme autorisé pour l'adoption (OAA) par Etat d'origine aux côtés de l 'opérateur public France Enfance protégée, ordonnée ainsi à six le nombre d'OAA habilités , contre 17 en 2022.

Comme le rapport de la mission d'inspection interministérielle le souligne, les risques de dérive en matière d'adoption internationale sont aujourd'hui minimes à condition que ces efforts de régulation se prolongent : la France y est pleinement engagée.

Informations suite au rapport du 13 mars 2024

« La mission regrette de n'avoir trouvé aucune recherche scientifique permettant d'identifier et d'analyser les éventuelles difficultés ressenties par les personnes adoptées à l'étranger ou leurs parents, en raison de pratiques illicites liées à l'adoption. Il serait notamment intéressant d'étudier les adoptions internationales ayant entraîné une intervention des services de l'aide sociale à l'enfance et d'évaluer dans quelle mesure les difficultés rencontrées peuvent être reliées à la révélation de pratiques illicites.
Recommandation n° 25. À l'attention du secrétariat d'État chargé de l'enfance : soutenir une recherche sur les conséquences pour les personnes adoptées à l'étranger ou leurs familles, de la découverte de pratiques illicites dans le cadre de la procédure d'adoption. »

 

**********

Adoptions internationales :
le gouvernement reconnaît des "manquements collectifs"


AFP, mis à jour le 13/03/2024 

L'adoption internationale a connu un pic de 4.079 enfants adoptés en France en 2004, avant de s'établir à 232 enfants en 2022 / Philip FONG / AFP/Archives

Le gouvernement français a reconnu mercredi des "manquements collectifs" ayant permis des adoptions internationales illicites, après la publication d'un rapport interministériel, jugé "décevant" par les collectifs d'adoptés.

"Le Gouvernement reconnaît qu'il ya eu des manquements collectifs dans la protection due aux enfants et qu'ils ont pu avoir des conséquences jusqu'à leur vie d'adulte", indique le secrétariat d'Etat à l'Enfance dans un communiqué. . . . , après la remise d'un rapport sur les pratiques illicites dans les adoptions internationales.

Une mission d'inspection interministérielle (Affaires étrangères, justice, enfance), mandatée en novembre 2022, a rendu mercredi un rapport de 118 pages à la ministre chargée de l'Enfance et des Familles Sarah El Haïry et au ministre délégué chargé de la Francophonie et des Français de l'étranger Franck Riester.

Elle appelle la France à « reconnaître » effectivement et « sans détours » des « carences collectives » et à prendre « en considération » les « conséquences » dommageables pour les adoptés.

"L'essor de l'adoption internationale dans un contexte non ou peu régulé s'est accompagné d'importantes dérives", confient les inspecteurs, qui ont procédé à 179 auditions.

L'adoption est devenue "un marché offert très lucratif, suscitant l'émergence de nombreux intermédiaires. Le versement d'importantes sont d'argent pour faciliter les opérations, ou le recueil d'un consentement parental en réalité très peu éclairé, semble avoir été des pratiques courantes", ajoutent les auteurs du rapport.

L'adoption a "données lieu à de trafics fondés sur la véritable falsification de pièces pour rendre un enfant adoptable, la +production+ d'enfants pour adoption, le vol d'enfants à la maternité…", continuent-ils.

Adoptions internationales : le gouvernement reconnaît des "manquements collectifs"
Rodrigo BUENDIA / AFP/Archives

Il est "établi" que "les autorités publiques avaient été précocement alertées et ont tardé à prendre les mesures qui s'imposaient", observe la mission.

120.000 Français ont été adoptés à l'étranger depuis 1945, selon ce rapport.

L'adoption internationale s'est développée à partir des années 60, avec une photo de 4.079 enfants adoptés en France en 2004, avant de refluer, à mesure qu'elle était inscrite par des traités internationaux et davantage contrôlés, pour s'établir à 232 enfants en 2022.

Les associations d'adoptés réclament de pouvoir utiliser sans tarder, pendant que leurs parents biologiques sont encore vivants, à ces tests, seul moyen de vérifier leur filiation.

Adoptions internationales : le gouvernement reconnaît des "manquements collectifs"
L'adoption internationale s'est développée après 1945 et surtout dans les années 1960-70, avant de décliner à partir de 2005 / NIKOLAY DOYCHINOV / AFP/Archives

Parmi les 28 recommandations, la mission recommande de disposer dans chaque pays d'origine d'un "interlocuteur reconnu" pour accompagner les adoptés. Ceux-ci disent se trouver livrés à eux-mêmes, 40 ans après les faits, sans parler la langue, face à des administrations peu coopératives.

Le gouvernement demande au Conseil national de l'adoption (CNA) et au CNAOP de "débattre des recommandations formulées" et donner "un avis conjoint, dans un délai de six mois", indique le communiqué du ministère de l'Enfance.

"La reconnaissance des manquements des autorités et du caractère systémique des pratiques illégales est importante. Mais pour les victimes et ceux qui ne retrouveront jamais leur famille, des excuses publiques étaient attendues", regrette Céline Breysse, fondatrice du Collectif des adoptés du Sri Lanka.

"Nous attendons de voir comment les préconisations seront mises en œuvre et si les collectifs d'adoptés vont y être associés. Il s'agit de trafics d'êtres humains, d'enfants volés, de parents abusés. Pour les milliers de personnes que nous représentons, c'est le combat d'une vie", a déclaré Marie Marre, fondatrice du Collectif des adoptés français du Mali, qui se dit "déçue" et "indignée".

AFP
https://www.la-croix.com/ adoptions-internationales-le- gouvernement-reconnait-des- manquements-collectifs- 20240313

 

 

********

https://www.francetvinfo.fr/societe/adoptions-internationales-illicites-le-gouvernement-reconnait-des-manques-collectifs-après-la-publication-d-un-rapport-denoncant-d-importantes-derives_6422383 . ​​​​​​HTML

A regarder - France3 Pays de Loire

 

Emission du 23 avril 2023
Le scandale des adoptions à l’étranger : des enfants adoptés dénoncent des dérives 

CLIQUER ICI pour voir l'émission

IMG_20211025_155750.jpg

Editions ERES


L'enfant adopté
Entre quête des origines et construction identitaire


Sous la direction de

Myriam Mony et Joselyne Terrien

 

 


Nous sommes heureux de vous faire savoir que l'ouvrage réalisé à partir de deux conférences sur la quête des origines organisées par la Maison de l'Adoption du Rhone et de la Métropole de Lyon , est sorti en librairie ce jeudi 4 Novembre. 

Pour commander, c'est ici

Suspension de l'habilitation de l'OAA « Accueil aux Enfants du Monde »

Par arrêté du 24 octobre 2022 paru au JO aujourd'hui, la ministre de l'Europe et des affaires étrangères abroge l'habilitation de l'OAA « Accueil aux Enfants du Monde » pour exercer l'activité d'intermédiaire pour l'adoption ou le placement en vue d'adoption d'enfants mineurs originaires de l'Inde, de Madagascar, de Roumanie, du Rwanda et du Burkina Faso.

Arrêté du 24 octobre 2022 portant abrogation de l'habilitation d'un organisme autorisé et habilité pour l'adoption - Légifrance (legifrance.gouv.fr)

Ce retrait d’habilitation impacte toutes les procédures y compris pour les familles déjà apparentées. Les familles concernées ont été informées ou vont l'être par la MAI. Elles devront se tourner vers un autre OAA habilité pour les pays cités plus haut ou vers l'AFA pour la reprise de leur dossier.

Pratiques illicites en matière d'Adoption

Mardi 8 novembre 2022 , le Gouvernement a annoncé que la ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Mme Catherine Colonna, le Garde des sceaux, ministre de la justice, M. Eric Dupond-Moretti et la secrétaire d’Etat auprès de la Première ministre chargée de l’enfance, Mme Charlotte Caubel, avaient décidé de saisir l’Inspection générale des affaires étrangères (IGAE), l’Inspection générale de la Justice (IGJ) et l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur les pratiques illicites en matière d’adoption internationale.

La mission  de ces inspections est "d’identifier les pratiques illicites qui ont eu lieu par le passé pour éviter qu’elles ne se reproduisent" et, "d’apporter une réponse aux demandes des adoptés et de la société civile." Le résultat de cette mission est attendu dans six mois.

Le gouvernement lance une mission d’inspection sur les pratiques illicites dans l’adoption internationale en France | Enfance

 

De nombreuses voix en France se sont élevées pour que la lumière soit faite sur des pratiques du passé qui ont pu conduire à des dérives dans le processus de l'adoption internationale. En juin 2021, EFA et la Voix des Adoptés avaient écrit aux trois ministres pour demander la mise en place d'une commission d’enquête indépendante mais surtout la création d’un dispositif national d’accompagnement pour les adoptés et leurs familles.

 

Nous vous transmettrons des précisions au fur et à mesure que nous en aurons connaissance.

COMMUNIQUÉ EFA du 20 février 2023

Le scandale des pratiques illicites en adoption internationale : attention à la banalisation !

Une étude historique sur les pratiques illicites dans l'adoption internationale en France, financée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a été publiée le 6 février par deux chercheurs de l’université d’Angers et du laboratoire Temps, Mondes, Sociétés (Temos).
Les auteurs de l’étude ont dépouillé de très nombreuses archives ministérielles, diplomatiques et consulaires, celles des différents acteurs de l’adoption, ainsi que des archives de presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère, portant sur la période 1950-2006. Ces sources commentées font apparaître que depuis les années 1980, les signalements de dérives et pratiques illicites ont été « très
nombreux et très fréquents » dans un nombre non négligeable de pays.


En juin 2021, EFA demandait, avec la Voix des Adoptés, la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Autant dire qu’EFA, qui a ouvert ses archives aux chercheurs de l’université d’Angers, partage leur constat : l’existence de dérives était connue de longue date et le guide des sources qu’ils ont produit fait état des très nombreux signalements d’EFA qui alertaient les autorités compétentes de
l’existence d’irrégularités, d’abus, voire de délits, sans que cela ne soit forcément suivi d'effet.


Cependant, la lecture de certains passages de l’étude et surtout celle de certains articles de presse peut laisser penser que l’ensemble des 120 000 adoptions internationales réalisées en France est concerné, en donnant l’impression d’une banalisation de ces pratiques. C’est malheureusement à ce type d’amalgame que toutes les familles adoptives et toutes les personnes adoptées peuvent se trouver
exposées, voyant soudainement leur histoire entachée d’un doute. Il en va de même pour la totalité des personnes qui ont travaillé à faire adopter des enfants à l'étranger, sur qui l’ombre du soupçon semble aujourd’hui portée, sans distinction quant à leur capacité ou incapacité d’identifier l’existence de pratiques illicites.


En réalité, aucune étude n’est aujourd’hui en mesure de déterminer la proportion des adoptions ayant impliqué des pratiques illicites. D’autre part, compte tenu de la période considérée, de telles pratiques, quand elles ont eu lieu, sont à resituer dans leur contexte historique et normatif, même s’il ne fait aucun doute qu’à toute époque, le contrôle de la situation des enfants en matière d’adoptabilité a
toujours constitué une exigence incontournable, à la charge des personnes qui en ont la mission.


La mission d’inspection interministérielle diligentée par le Gouvernement en novembre 2022 permettra peut-être de déterminer les responsabilités de chacun des acteurs du processus de l’adoption internationale ayant conduit à des pratiques illicites et de promouvoir les procédures destinées à assurer la régularité des adoptions à venir.


EFA a toujours mis en avant une éthique de l’adoption centrée sur le droit des enfants à avoir une famille et réaffirme que l’adoption internationale répond, encore aujourd’hui, à l’intérêt supérieur d’enfants qui ne peuvent bénéficier d’une vie familiale dans leur pays d’origine. EFA demande également la mise en place d'un dispositif national d'accompagnement des personnes adoptées qui
recherchent leurs origines, quel que soit leur pays de naissance.

*********

1 https://univ-angers.hal.science/hal-03972497v1

Enfance & Familles d’Adoption - 221, rue La Fayette - 75010 PARIS - site EFA : www.adoptionefa.org

DOCUMENT PDF

Enfants en Recherche de Famille (ERF)

Créé en 1981, Enfants en recherche de famille (ERF) est un service d’EFA 
qui permet de rapprocher des enfants dont les caractéristiques rendent 
leur adoption complexe et des postulants en capacité de les adopter.

Ces enfants peuvent être grands, porteurs d’un handicap physique ou intellectuel, 
d’une maladie compromettant leur développement et/ou nécessitant une prise 
en charge pluridisciplinaire importante. Le plus souvent, leur particularité est le 
résultat d’un cumul de caractéristiques physiques et psychosociales.

Communication EFA National
A destination des Postulants pour un enfant présentant des besoins spécifiques 


L'AFA, Agence Française pour l'Adoption, propose une journée de préparation des postulants à ces projets.

Les inscriptions aux sessions mensuelles "Projet Enfant à Besoins Spécifiques" se font auprès des conseillères du PIC ( Pôle Information et Conseil) à l’adresse indiquée sur le site.

 

A retenir : Dates préparation ou accompagnement | Agence Francaise de l'adoption (agence-adoption.fr)

bottom of page